Sensibiliser à la lutte contre l’homophobie à l’école

logo maison familiale ruraleJeudi 8 janvier, FACE à FACE est intervenue à la Maison des Familles Rurales un lycée de Saint-Chamond dans la Loire (42) afin de sensibiliser tout au long de la journée, près de 150 élèves, par le biais de courts métrages, à la lutte contre l’homophobie à l’école. D’autres associations : Sos violences conjugales, le Planning familial, Sos racisme intervenaient elles aussi contre d’autres formes de discriminations .

Après avoir demandé aux élèves (de la seconde à la terminale, de BP…) de préparer un questionnaire pour lancer l’échange,on mesure une fois encore qu’il y a un long chemin pour démonter les préjugés et les clichés profondément ancrés… Preuve est faite si nécessaire que dans la lutte contre les discriminations au sein de l’Education Nationale, les associations ont un rôle secondaire mais primordial et essentiel à jouer. Que ce soit du côté des élèves ou de celui des enseignants souvent démunis ou peu préparés ; l’attente est palpable et les réponses aux maux nécessaires pour un bien et un mieux vivre ensemble.
Face à Face Saint-Etienne, en plus de son action culturelle, c’est cela aussi !

Merci au directeur de la MFR (Maison des Familles Rurales) pour son compte-rendu / Bilan  :

« Après différents échanges avec nos élèves et l’ensemble de l’Equipe éducative, voici les différentes choses que nous avons pu relever :
Tous ont été ravis et enchantés. Les jeunes ont particulièrement apprécié les temps d’échange et de débat. Ils ont également été particulièrement intéressés par les associations qui leur ont montré des films.
Certaines classes ont cependant regretté lorsqu’il n’y avait que de l’échange verbal. Pour eux, ils « n’auraient rien appris » et auraient aimé avoir des apports « nouveaux ». La théorie, qu’ils fuient normalement, les rassure et leur donne l’impression de s’instruire et d’apprendre.
Certaines associations ont semblé plus « dynamiques » pour nos jeunes, mais cela est plus du fait de l’intervenant que de l’information transmise.
Notre grande satisfaction est que les jeunes se sont questionnés. Ils étaient arrivés le matin avec des idées toutes faites et bien arrêtées et force est de constater qu’ils ont reconnu avoir modifié certaines de leurs opinions et se sont davantage « ouverts d’esprit».
Tous ont relevés que les intervenants étaient agréables et se mettaient à leur niveau. Un véritable échange était donc possible.
L’an prochain, il faudra faire 2 demi-journées, et nous le referons car tous les jeunes nous ont dit qu’il fallait renouveler l’expérience. Ils sont en demande et en ont besoin. Certaines classes, comme les bac pro s…, eux, plus habitués à ce genre de rencontre et de manifestation auraient souhaité que les temps de rencontre soient plus longs, mais c’est aussi dû au fait de leur formation. »

 

Laisser un commentaire