Les courts-métrages > Ere Mela Mela

  • Réalisé par : Daniel Wiroth & Lionel Hoche
  • France Luxembourg / 2001 / Danse / 5min30sec

>Télécharger la fiche de la Séance de courts métrages du 25 novembre 2011 en PDF

Synopsis : « Les corps se frôlent, les mains communiquent, les regards aiment ». Doux poème pour l’Autre sans qui on ne serait rien. Sur une chorégraphie de Lionel Hoche, et une musique de Mahmoud Ahmed, deux hommes se rencontrent, virevoltent, s’envolent. Erè mela mela a été produit dans le cadre d’une série thématique initiée par Arte : sept films courts réunissant un chorégraphe et un réalisateur. Dans ces « chorégra-films », la musique imprime sa durée et son atmosphère à chacun des univers chorégraphiques.

Lionel Hoche
Chorégraphie et scénographie
Né en 1964, Lionel Hoche entre en 1978 à l’École de danse de l’Opéra de Paris, pour rejoindre en 1983 le Nederlands Dans Theater, où il travaille sous la direction de Jirí Kylián et participe aux créations de nombreux chorégraphes invités.
En 1988, il signe sa première chorégraphie : U Should Have Left The Light on pour le Nederlands Dans Theater II, pièce qui sera reprise par la Companhia de Dança de Lisbonne, la compagnie Nomades et par le Ballet de l’Opéra de Rome. Il quitte le Nederlands Dans Theater en 1989 pour rejoindre « Astrakan », la compagnie de Daniel Larrieu et participe à ses créations jusqu’en 1991.
En 1992, il fonde la compagnie Lionel Hoche (Association MéMé BaNjO) et présente Prière de tenir la main courante au Festival International de Danse de Cannes. Depuis, Lionel Hoche poursuit son travail chorégraphique en créant pour sa compagnie et pour d’autres, un parcours qualifié d’ « exemplaire ». À ce jour, il a réalisé plus de cinquante pièces pour une trentaine de compagnies, parmi lesquelles : le Nederlands Dans Theater II, le Ballet de l’Opéra de Lyon, les Ballets de Monte-Carlo, la Compañia Nacional de Danza (Espagne), la Batsheva Dance Company (Israël), le Ballet de Zurich, le Ballet National de Finlande, le Ballet Philippines, le Ballet national de Nancy et de Lorraine, le Ballet de l’Opéra Royal de Wallonie, le Ballet du Capitole de Toulouse, le Ballet du Grand Théâtre de Genève… En 2000 il crée Yamm pour le Ballet national de l’Opéra de Paris sur une création musicale de Philippe Fénelon.
Dès 1988, Lionel Hoche a également entamé un travail de recherche plastique (sculptures, détournements d’objets) et conçoit depuis 1992 la scénographie de certaines de ses chorégraphies.
Après une résidence de cinq saisons passées à L’Esplanade Opéra-Théâtre de Saint-Etienne de 1998-2002, la compagnie a poursuivi son travail de création et de sensibilisation à la danse contemporaine en résidence, à la Maison de la musique de Nanterre entre 2005 et 2008.


Laisser un commentaire