Les longs-métrages > Free Fall (Freier Fall)

  • Réalisé par : Stephan Lacant
  • Allemagne / Fiction / Allemand sous titré français / 100min
  • Séance du Samedi 30 novembre 13h15 Cinéma Le France

AVANT PREMIERE

Synopsis : La vie de Marc est bien établie : policier dans une section anti-émeute, ce jeune marié s’installe avec son épouse dans une maison individuelle financée par ses parents, dont ils aménagent la chambre pour leur futur bébé .:. Mais au cours d’une formation, Marc fait la connaissance d’un collègue. Il se découvre alors des sentiments pour cet homme. Tiraillé entre son couple, sa famille et sa nouvelle expérience avec Kay, Marc perd peu à peu le contrôle de sa vie. Dans ce premier long métrage, Stephan Lacant raconte l’histoire d’un homme qui tombe de son monde bien réglé.

> La fiche complète en pdf

 

La biographie de Stephan Lacant 

Internationale Filmfestspiele Berlin
(Katalog), © Siegmund Wadsack

Né en 1972 à Essen, il étudie la direction d’acteurs à la Stella Adler Acting Conservatory et à la New York Film Academy. Il fait plusieurs stages au cours de sa carrière (Frank Daniels screen-writing, séminaire avec Judith Weston, Berlinale Talent Campus).
Stephan Lacant vie et travaille comme scénariste et réalisateur à Berlin. Il a réalisé, entre autres, le court métrage AQUANAUTEN (AQUANAUTS) en Allemagne en 2007 et FIREFLIES (Lucioles) aux USA en 2006, Comeback (2005, court métrage documentaire), et Sans Hors-jeu (2005, documentaire).

Filme de Culte (http://www.filmdeculte.com)

 par Gregory Coutaut

 

Un homme marié à la vie rangée fait une nouvelle rencontre et voit ses certitudes amoureuses s’ébranler. Peut-on faire trame plus classique ? Que le héros tombe amoureux non pas d’une jeunette, mais d’un de ses collègues policiers n’y change d’ailleurs pas grand-chose. C’est en effet le classicisme que vise Stephan Lacant, transposant le schéma du triangle amoureux dans un contexte bisexuel, non pas dans le but pervertir les codes hétéro-centrés mais au contraire pour confirmer l’universalité de ces sentiments amoureux. L’entreprise n’est pas inédite mais reste risquée, car le classicisme s’accorde mal d’autre chose que l’excellence. Et Freier Fall s’en tire plutôt bien, notamment grâce son utilisation répétée des ellipses, créant un rythme plutôt soutenu.

Les scènes et les dialogues les plus convenus (premiers émois et les premiers doutes) sont laissés hors-champ, déplaçant les enjeux du récit de manière assez rafraîchissante. Assez curieusement, Stephan Lacant passe à un principe d’écriture presque opposé dans la deuxième partie de son film. Les ellipses laissent place à des scènes moins surprenantes, plus bavardes, étouffant les émotions rendues jusqu’alors plutôt crédibles (grâce à un duo d’interprètes assez convaincant). Le dénouement devient maladroit et les personnages plus lisses, une surprise pour un film dont l’efficacité narrative faisait justement mouche…

klatsch-tratsch.de

a rencontré Stephan LACANT

« Free Fall » a fait l’ouverture de la Berlinale dans la catégorie «Perspective Cinéma allemand» et a reçu le prix «valeur spéciale». Stephan Lacant a également remporté prix «meilleur réalisateur» au Festival de Schwerin NDR.

Stephan Lacant nous explique comment il s’y est pris pour faire un tel film sans tomber dans les clichés, pourquoi il n’a pas choisi une fin heureuse, et pourquoi son film en dépit d’un même sujet, est tout à fait différent de « Brokeback Mountain » auquel son film est comparé.

Si vous prenez un sujet controversé comme celui de l’homosexualité, il est difficile de ne pas tomber dans les clichés habituels et pourtant Stephan Lacant réussit assez bien sur ce sujet. «Au cours des trois années de développement du scénario, nous avons travaillé ce sujet : sans stigmatiser, nous avons parlé de ce qui se passe dans la police, avec la famille, mais également de ces pères qui découvrent amour avec un homme … Aussi, mon co-auteur Karsten Dahlem a travaillé un an et demi avec la police anti-émeute, ce qui nous a permis de tirer des impressions authentiques du milieu de la police. Et puis j’ai eu la chance de travailler avec de grands acteurs ». Pour Stephan Lacant, travailler avec Hanno Koffler, Max Riemelt et Katharina Schüttler a été la meilleure occasion. « Hanno, Max et Catherine sont des acteurs vraiment pur-sang qui, quand ils prennent un rôle, vivent pour le rôle, se mettant dans la peau de leurs personnages. »

Bien que «Freier fall» aborde clairement une question gay, le cinéaste s’est attaché à raconter une histoire d’amour intense. « C’est une grande préoccupation du film, au-delà d’une pensée stéréotypée : il ne s’agit pas d’une question gay ou hétéro, mais bien d’une histoire d’amour, avec tout ce que cela implique. Nous voulions la représenter aussi authentique que possible. Qu’il s’agisse d’un amour pour un autre homme, ou une autre femme, cela est secondaire. »

Stephan Lacant a délibérément évité une fin heureuse qui pourrait donner aux hommes dans une même situation, une sorte d’exemple. « Je ne fais pas de films moraux, donc je ne voulais pas être là comme une sorte de soutien de la vie. Le film va attirer les gens et les toucher, mais la fin n’a pas une autorité morale. Je pense que la fin que nous avons choisie pour le film, avec son ouverture, laisse en quelque sorte de l’espoir. Le film s’appelle « Freier Fall » (chute libre) : bien que Marc perde tout, il gagne une certaine distance vis-à-vis de sa vie. J’aime quand une histoire n’est pas complètement fermée et que le public peut encore traiter de la question du film. Pour certains, Marc va retrouver sa femme, pour d’autres, il cherchera Kay. Tout le monde fait quelque chose de différent avec le film. Avec cette fin, il y a une grande marge de manœuvre pour interpréter le film. »

Pour un film comme «Freier fall», la comparaison avec une « référence » des films sur l’homosexualité, « Brokeback Mountain » d’Ang Lee, est évidemment évoquée. Stephan Lacant soulignent de grandes différences: « D’une part, il s’agit d’un triangle amoureux, la relation de Marc avec sa femme jouant un rôle tout aussi important que sa liaison avec Kay. Marc est déchiré entre deux pôles irréconciliables : la vie établie avec sa famille qu’il aime, d’un côté, et les sentiments naissants pour son collègue Kay de l’autre côté. D’autre part, nous allons beaucoup plus ouvert le film sur la relation physique entre les deux hommes ».

Stephan Lacant ajoute : « Je pense que « Brokeback Mountain » est un très grand film ; mais quand nous comparons les scripts, un autre point important les distingue : la question de l’époque où cela se passe : l’ici et maintenant. Avec les cow-boys en Amérique dans les années 60 à 80, le spectateur a une plus grande distance ».

M. MÄNNER

Texte : Paul Schulz (extrait)

Photo : Bernhard Musil

Freier fall a ouvert la « Perspective cinéma allemand » à la Berlinale en Février. C’est le premier long métrage du réalisateur Stephan Lacant et le premier scénario de l’auteur Karsten. Hanno Koffler et Max Riemelt sont les deux acteurs qui jouent les deux policiers qui tombent amoureux l’un de l’autre ; ils forment un beau couple. Au cinéma, en tout cas ! Nous pensons que c’est le meilleur film du cinéma allemand avec des personnages homosexuels depuis « Summer Storm », il a 9 ans. Le film est bien joué avec des seconds rôles magnifiques.

Subtil, intelligent mais pas artificiel, le film construit un petit monde parfaitement réaliste, dans lequel se cachent derrière les portes des habitations d’une province allemande, l’homophobie et la suffisance mais qui montre aussi l’acceptation et le désir d’être la personne que vous êtes.

par GASPARD GRANAUD

19 OCTOBRE 2013

Marc (Hanno Koffler) est un jeune policier apprécié de ses collègues. Il vient d’emménager dans une nouvelle maison avec Bettina (Katharina Schüttler), son épouse, qui est en train de porter son premier enfant. Ils forment un couple complice. Lors d’une formation, Marc fait la connaissance de Kay (torride Max Riemelt), beau blond avec qui il ne s’entend pas très bien au départ mais avec lequel il finit par se lier. Ils nagent ensemble une nuit dans une piscine, fument des joints, vont courir dans les bois… Un après-midi, après une soufflette, Kay ose embrasser Marc. Ce dernier le repousse avant de se laisser faire plus tard. Pour ce futur père de famille hétéro, c’est un coup de massue : il réalise subitement une homosexualité qu’il avait jusqu’alors refoulée. Petit à petit, Marc délaisse son foyer pour cultiver une liaison très sexuelle avec Kay. Les choses se corsent quand Kay intègre son équipe et que Marc se retrouve confronté à ses indécisions : il ne veut pas quitter sa femme, la blesser, abandonner son enfant, mais ne peut renier la passion que provoque en lui son co-équipier. De plus en plus perturbé, Marc fait naître chez son épouse de sérieux doutes. Et Kay se retrouve malgré lui contraint de faire son coming out auprès de son unité, ce qui lui vaut d’être confronté à l’homophobie et au machisme régnant malheureusement encore très fréquemment dans la Police. Marc angoisse : il sent qu’il va devoir, qu’il le veuille ou non, faire un choix…

Deuxième long-métrage du réalisateur allemand Stephan Lacant, Free Fall propose une nouvelle romance contrariée, dans un milieu macho, entre un homme pas si hétéro qu’il le pensait et un gay romantique qui à force d’attendre va finir par se faire beaucoup de mal. On pense beaucoup à Brokeback Mountain, certaines scènes, même si le contexte est différent et plus contemporain, étant quasiment identiques. Le scénario est un peu le point faible de ce film qui manque d’originalité et de modernité, nous ramenant à des intrigues que l’on a vu tant de fois traitées ailleurs, avec le même type de dialogues et de situations imposées (le premier baiser choc, la scène où le couple clandestin se fait surprendre…). Si l’action prenait place dans un pays où l’homosexualité est encore condamnée on pourrait comprendre mais ici les deux héros évoluent en Allemagne. La petite touche en plus qu’apporte Stephan Lacant est le milieu macho de la Police (l’homophobie et la violence des homos maltraités par leurs collègues est ici évoquée mais on reste hélas un peu trop en surface).

Si l’histoire ne surprend que très peu, force est de constater toutefois que l’ensemble fonctionne. On ne s’ennuie pas une seconde et même si l’on est en terrain connu, on se laisse prendre, on vibre aux côtés des personnages. Le casting y est pour beaucoup, les acteurs étant particulièrement habités par leurs personnages, mais pas seulement. Stephan Lacant n’est peut-être pas le scénariste le plus inventif mais c’est un bon réalisateur, qui parvient à donner à chaque scène une vraie force, un trouble. Les scènes entre Marc et Kay sont d’une tension érotique explosive et le malaise qui envahit Marc est palpable. Ou comment une mise en scène sensorielle et puissante parvient à donner une personnalité à une histoire vue et revue. Difficile alors de ne pas se laisser émouvoir par la délicate situation dans laquelle se trouve le personnage principal, pris entre son envie d’assumer celui qu’il vient de découvrir qu’il est sans vouloir ruiner sa carrière et sa famille. Il y a beaucoup de talent dans Free Fall, des sensations fortes, quelque chose de très attachant. On est curieux de découvrir les prochaines œuvres de Stephan Lacant sur des sujets peut-être un peu plus couillus.


5 Responses to “Free Fall (Freier Fall)”

  1. Junior

    C’est un très beau film. Même quand je ne l’ai pas encore vu mais l’histoire que je viens de lire l’affirme. Je ne sais pas sur quel site internet que je pourrais le voir. Bon, j’aurais souhaité que Stephan Lacant fasse une deuxième partie de ce dernier, mais pas avec une fin triste. Soit la mort de Kay ou de Marc. Cela risquerait de gâcher la première partie du film. Donc, je félicite monsieur Lacant por avoir en oeuvre cette réalité cachée dans beaucoup d’hommes et qui souffrent terriblement dans son intérieur par peur d’être méprisé par une société civilisemment corrompue. Mes salutations!

    Répondre
  2. Erotica51

    Je vais me renseigner pour voir ce film dont le résumé me parait intéressant. Un de mes amis a vécu cette situation. Apres un voyage à l’étranger il devenu amoureux d’un jeune homme qu’il a ramené quelques mois plus tard en France, grâce à l’association dont il était le Président. Je ne sais depuis ce qu’est devenu leur histoire d’amour…Heureusement les mentalités changent autour de nous. de nombreux hommes n’auront plus à se cacher ni à craindre pour leur carrière…

    Erotica51

    Répondre
  3. Nanou

    J’ai adoré ce film que je recommande à tout le monde… Après avoir regardé des films comme celui-ci ou encore récemment, Week-end de Andrew Haigh, mon coeur est toujours déchiré par l’émotion qui me subjugue lorsque je vois une telle histoire d’amour…
    C’est un véritable écho aux propres sentiments qui m’ont touchés et me touchent encore dans ma propre vie, bien qu’étant hétéro. Et à la fois, mon coeur est rattrapé par la colère, celle contre les personnes homophobes, que je voudrais convaincre de la vue biaisée qu’ils possèdent sur ces hommes et ces femmes qui aiment, certes des personnes du même sexe que le leur, mais aiment tout simplement.
    Pourvu que de plus en plus de films tels que ceux-ci soit réalisés et pourquoi pas, fassent l’objet de cours portant sur le cinéma, au sein de l’éducation nationale et à un âge adapté(au collège je pense). Bien sûr, il faudrait ensuite en discuter, en débattre pourquoi pas lors d’atelier philosophique ouvert et dont la parole serait respectueuse et encadrée par des adultes qui seraient un enseignant et un ou deux spécialistes (appartenant à des assos telle que Le Refuge, par exemple).

    Répondre
  4. Oceane

    J’ai vraiment adoré ce film !! Deja l’histoire m’a captivée des le début avec le dilemme entre rester avec sa copine et son enfant ou suivre son cœur en restant avec un homme. J’ai beaucoup aimé aussi que le film montre ce qu’il se passe dans certains ménages actuellement. Pour moi la morale est qu’il faut suivre son cœur et ne pas avoir honte de ce que les gens peuvent penser car c’est soi avant tout. Un grand merci a Stephan Lacant car c’est un film super. Une suite serait vraiment bien !! Bon travail continuez ainsi !

    Répondre

Laisser un commentaire