Les longs-métrages > Mon arbre

  • Réalisé par : Bérénice André
  • Avec : Francis Leplay Nicolas Bouchaud Camille Japy Guilaine Londez Thomas Suire Yaël Elhadad Smadi Wolfman Jean-Pascal Abribat Juliette Plumecocq-Mech
  • France / 2011 / Comédie / 48 minutes
  • Produit par : Entre2prises et Red Star Cinéma

> La fiche du film en PDF

Synopsis

Marie a dix ans et une famille résolument moderne : conçue par deux hommes et deux femmes, tous homosexuels et aujourd’hui tous séparés, elle a deux papas, deux mamans, un beau-papa, une belle-maman, et une poignée de frères et sœurs. Fêter Noël en famille, dans ces conditions, tient presque de l’exploit. Mais alors qu’elle passe de foyer en foyer et tente, comme elle peut, de partager son amour, Marie se pose des questions sur sa venue au monde : serait-elle, comme « l’autre Marie », l’immaculée conception ?
mon arbre de Bérénice AndréCe joli film raconte, à travers les yeux d’une enfant, les possibles d’une homoparentalité joyeuse et assumée, pour enfin dissocier parentalité et sexualité ! Que nos politiques frileux s’en inspirent !

Biographie de la réalisatrice

mon arbre de Bérénice AndréBérénice André, 36 ans, auteure-réalisatrice de courts métrages de fiction (dont Un dernier vers, prix du public au festival de Brest en 2005), travaille régulièrement comme première assistante à la mise en scène sur des longs métrages (Jacques Nolot, Laurence F. Barbosa, Nicolas Klotz…). Bérénice André développe également La France d’Abou, projet de série qui bénéficie de l’aide de la fondation Beaumarchais, du fonds à l’innovation audiovisuelle et du fonds pour la diversité du CNC, ainsi que Peinards, long métrage lauréat en 2006 du dispositif Emergence.

Elle anime par ailleurs régulièrement des ateliers cinéma en milieu scolaire ou hospitalier.

Critiques

yaggJOYEUX BAZAR

Mon arbre prend le parti de la comédie et c’est un bon point. La famille de Marie, c’est un peu le bazar (mais avec de vrais morceaux d’amour dedans), d’autant plus que ses parents ne sont plus ensemble et vivent des histoires d’amour chacun de leur côté (donc ça rajoute des parents ainsi que des frères et des sœurs à son arbre généalogique déjà bien touffu). La drôlerie est au rendez-vous et, autre point positif, la réalisatrice ne cherche pas à donner une image lisse et parfaite aux homoparents. Ils font ce qu’ils peuvent et les gamins aussi. Comme dans n’importe quelle autre famille.
mon arbre de Bérénice AndréDommage, cependant, que Bérénice André ait voulu trop en dire en 47 minutes. Certes, des problématiques intéressantes sont abordées (le blues des parents qui n’ont pas de statut légal, la filiation biologique, le regard de l’entourage, etc.) mais les messages politiques et sociologiques sont souvent assénés à coup de massue, au point que la fiction et les personnages s’en trouvent quelque peu oubliés. On adhère quand même.

À noter que vous pouvez participer au financement du film (qui a encore besoin de sous) en allant sur le site Touscoprod.mon arbre de Bérénice André Tous Coprod


Les commentaires sont fermés.