Association militante ici et ailleurs…

Découvrez des actions et des combats militants menés par FACE à FACE ici et au delà des frontières…

 

« Dimanche 5 octobre 2014 , la Manif pour tous a de nouveau arpenté le pavé parisien. Souriante et déterminée derrière ses banderoles, la Manif pour tous affichera une confiance affable, car elle sait ce que doit être le monde, la vie, la France, les hommes et les femmes.

Elle sait ce qui est bon pour un enfant et ce qui ne l’est pas. Elle sait qui doit composer la famille. Elle sait ce qui devrait être légal et ne pas l’être. Elle sait que sa cause est juste – puisque c’est sa cause. Elle sait qu’elle n’est pas homophobe puisqu’elle peut le prétendre, face caméra, sans grimacer. Elle sait que les amalgames sont utiles pour frapper les consciences.

Le Refuge sait peut-être moins de choses que la Manif pour tous mais, par expérience, le Refuge sait malgré tout que qu’il va recevoir les appels ou les sms de jeunes désespérés qui auront été traînés à la Manif pour tous par leurs parents, à rebours de leurs aspirations secrètes.

Le Refuge sait que, dans les familles, devant les informations du soir, des jeunes vont se murer dans le silence pendant que leurs parents galvanisés, encouragés, vociféreront leur mépris ou leur haine des LGBT.

Le Refuge sait que des centaines de jeunes se sentiront ce jour-là, plus encore que la veille, les plus seuls au monde, incapables de croire à un futur heureux.

Ce jour-là, comme les jours précédents, comme les jours suivants, le Refuge sera là, avec d’autres, pour les écouter.

Aidez-nous à les aider.

Faites circuler ce message et le lien vers le clip de présentation (http://www.youtube.com/watch?v=Kcq-igiQTLU) sur les réseaux sociaux, adoptez l’affiche de « Romain » comme avatar et suivez en masse sur Twitter @lerefuge. »

Nicolas Noguier
Président du Refuge
————————-

Dénoncer le scandale en Ouganda

http://www.allout.org/fr/actions/uganda-now

Novembre 2012

A la suite de l‘appel de détresse de Auf Ussam Mukway lors de la projection du film choc  « Ouganda au nom de Dieu »  en novembre 2012 vous avez été nombreux et nombreuses à nous communiquer vos emails pour le soutenir…

Grâce à votre mobilisation, cette loi anti-gay est  momentanément stoppée.

La loi anti-gay que le parlement voulait voter avant Noël, comme cadeau à la population ougandaise a été stoppée grâce à la pression internationale.
David Bahati, le député à l’origine de cette loi avait déclaré  fin novembre aux journalistes de l’Associated press que la peine de mort avait été retirée du texte ne parlant « plus » que d’emprisonnement pour les homos et les lesbiennes pouvant faire l’apologie de leur orientation sexuelle ou en exposant des mineurs à de la pornographie homosexuelle.
Alors que la présidente du Parlement ougandais était reçue à Rome le 13 décembre, lors d’une messe par le Pape qui lui a accordé sa bénédiction, encouragement supplémentaire dans cette voix qui conduit toujours malheureusement les gays et les lesbiennes à se cacher en Ouganda, il nous faut rester très vigilants et mobilisés car à la rentrée, dès sa reprise, le Parlement pourrait bien voter en priorité ce texte avec ou sans peine de mort, malgré les déclarations, là est encore toute la question.
Les évangélistes d’extrême droite américains continuent dans l’ombre eux aussi, à coût de milliers de dollars à conseiller les dirigeants de ce pays afin de parer à cet aléa qu’est la peine de mort en lui donnant un nouvel essor en faisant l’amalgame entre la pédophilie, la pornographie et l’homosexualité.
Pour agir efficacement d’ici en France, nous pourrions obtenir des instances religieuses chrétiennes ou musulmanes, une déclaration condamnant cette loi infâme et inhumaine comme avait déjà pu le dire dans un communiqué de presse au nom de l’Église catholique, Monseigneur Lwanga, archevêque de Kampala et Premier évêque de l’Ouganda.
Sans doute aussi, pouvons nous obtenir de nos élus parlementaires ou du Premier d’entre eux, le Président de la République le même type de déclaration en les interpellant au travers de courriers ou de manifestations en soutient à la ligue LGBT Ougandaise.

Alors, ne les oublions pas, mobilisons-nous car si dans notre pays la question se porte sur le mariage pour tous, en Ouganda encore à ce jour, les gays, lesbiennes et transgenres de ce pays, ne demandent qu’à pouvoir VIVRE tout simplement.

> Août 2013

Le pasteur américain Scott Lively jugé au Massachussetts pour son soutien à la loi «anti-gay» en Ouganda

 

Septembre 2013
La situation des LGBT en Ouganda et au Kenya reste dramatique

On voudrait se réjouir suite à la décision d’une des cours du Massachusetts qui a reconnu « jugeable par un tribunal fédéral pour des actes commis hors du territoire américain, pour atteinte aux personnes et crime contre l’humanité» Scott Lively, le Pasteur Pentecotiste clairement homophobe et délibérément affiché comme tel* (un des 4 instigateurs des lois anti-LGBT en Ouganda et sur une très grande partie du continent africain ainsi qu’en Europe de l’Est). Mais la situation des LGBT en Ouganda n’en reste pas moins chaotique et invivable : dès lors que leur orientation est connue, leur vie devient une abomination, un véritable chemin de croix, une anomalie à éradiquer. Lisez pour preuve, ce témoignage poignant et édifiant de ce couple homosexuel Ougandais qui s’est réfugié au kenya, pays affiché très homophobe depuis l’élection de son président, Monsieur Ukuru Kenyatta. Où l’on découvre que par effet boule de neige, que la situation dans ce pays ( qui a symboliquement vu le festival cinéma LGBT Massi/Madi, rapatrié en Belgique) s’y dégrade également fortement…

 Novembre 2013
Les associations LGBT ougandaises dénoncent l’«intimidation constante de la communauté LGBTI»…

Lisez l’article sur Yagg.com,relayez et informez vous aussi autour de vous par tous les moyens à votre disposition !

 Décembre 2013

Le Parlement adopte la loi anti-homosexualité

A quelques jours des fêtes, le cadeau promis aux ougandais l’an passé par le parlement a finalement été « offert » à la population du pays. En effet, l’homosexualité jusqu’ici épargnée grâce à la pression internationale est désormais illégale et conduira à la prison à vie, la peine de mort ayant été écartée. Mais déjà la communauté LGBT ougandaise craint, à juste raison, une chasse aux sorcières auprès du reste de la population…
Lisez l’article sur Yagg.com


Lundi 24 février 2014 :
un jour sombre pour l’humanité,  une chasse aux sorcières en marche contre les LGBT OUGANDAIS.

Le Président ougandais, Yoweri Museveni a promulgué la très controversée loi anti-homosexualité qui condamnait déjà les homosexuels hommes mais à present aussi femmes, à la prison à vie mais qui la renforce encore en interdisant toute propagande ou promotion, en encourageant la délation, même au sein des familles et qui condamnerait toutes les personnes tentées de venir en aide aux homosexuels aussi.  Elle fut adoptée par le Parlement ougandais, à une écrasante majorité, une semaine avant Noël, comme cadeau à la population… A l’époque, sous la pression internationale, le Président avait opposé son véto,  refusant de la signer.

Que s’est-il donc passé durant ces semaines pour qu’un tel incompréhensible revirement de situation advienne ?

Il avait hésité donc à signer cette loi disant qu’il « était mal de punir une personne parce qu’elle est anormale ». Serait-ce alors qu’une question politique ? Il y a deux semaines, la décision par les députés de son parti, le NRM,  de le désigner comme candidat officiel aux élections présidentielles de 2016, a sûrement fait toute la différence et l’a très certainement fait changer d’avis. Au pouvoir depuis 1986, on le savait tenté par un cinquième mandat mais sans le soutien de son parti et devant la popularité de cette loi, les homosexuels n’ont pas pesé bien lourd dans la balance.

Pour appuyer et justifier sa décision,  il s’est retranché derrière une « étude scientifique », réalisée à sa demande qui conclut que « les homos ne sont pas nés ainsi, ils l’ont acquis » et d’ajouter « aucune étude n’a pu montrer qu’on peut être homo de façon innée » et que « puisque l’acquis en est la cause », il a accepté de signer et de promulguer cette loi infâme et inhumaine.

Les conséquences ne se sont pas fait attendre. Comme en 2009, le outing dans les journaux de personnalités supposées homosexuelles à commencer.  Les responsables ou militants d’organisations LGBT, exposés pour leur combat contre cette loi sont très inquiets et cherchent des solutions de repli pour pouvoir survivre tout en cherchant des solutions dérisoires pour continuer le combat, auprès de la cour suprême,  par exemple.  Mais le Président a prévenu les juges, avocats, ONG qui défendraient cette cause  qu’ils seraient considérés comme hors la loi et donc punissables, de quoi refroidir les plus intrépides et téméraires…

 Alors quelle solution ?

La communauté internationale doit se mobiliser et condamner d’avantage  cet état de fait. On commence à entendre, bien tardivement, ou à voir des initiatives se mettrent en place.

Quelques pays scandinaves comme la Norvège,  la Suède,  le Danemark ont décidé d’arrêter leur soutien financier à ce pays, qui ne subsiste pour plus de 90% que grâce aux aides extérieures, déjà plusieurs millions d’euros en moins. Le gouvernement belge s’est dit indigné de cette décision de promulguer la loi et abordera, lors d’une table ronde aux parlement européen,  une opposition  et une condamanation commune des partenaires de l’Union Européenne ; Les États-Unis ont avertis que l’entrée en vigueur de cette loi « compliquerait ses relations » avec Kampala et John Kerry, le Secrétaire d’Etat a même comparé cette loi aux lois nazis ou à celles de l’apartheid  ; le Prix Nobel de la Paix 1984, Desmund Tutu, archevêque anglican sud africain a vivement, lui aussi, condamné cette loi ougandaise et réagissant à l’argumentation du Président Museveni, je cite  » il n’y a aucune justification scientifique pour les préjugés et la discrimination. Et aucune morale non plus ».

La France, pays fondateur des droits de l’homme, précurseur de cet idéal dont la diplomatie est reconnue, respectée et écoutée à travers le monde devrait qu’en à elle, être moins timide et s’opposer à son tour à cette loi même si en parallèle,  l’armée ougandaise épaule en Centre Afrique,  notre intervention. A nous de faire réagir nos élus et le premier d’entre eux, notre Président,  François Hollande car sa parole compte et pèse beaucoup à l’étranger.

N’oublions pas la communauté LGBT ougandaise, je vous le demande, vous qui lirez ces lignes car cela se traduira par leur mise à mort. Le continent africain s’est trouvé un bouc émissaire aux maux qui le ronge : l’homosexualité. Alors, à votre avis,  combien de temps faudra-t-il pour voir arriver en Occident ces idées nauséabondes, n’ont-elles même pas déjà franchies certaines de nos frontières ? La question est posée…

Nous devons nous mobiliser !

Décembre 2014 : Procès Fédéral contre le pasteur homophobe

Enfin le Procès fédéral de cet homophobe décomplexé et ravageur à travers le Monde (Afrique, Europe de l’est, Russie) va bientôt débuté et sera un test afin de savoir si les exactions commises par des américains, ici crime contre l’humanité pour le Pasteur Scott Lively, seront sévèrement punies et cela alors que le Parlement Ougandais veut, une fois encore proposer une nouvelle loi homophobe comme cadeau de Noël. C’est la troisième fois en trois ans que ces parlementaires cherchent à se distinguer au moment des fêtes…
Voyons ce que procès donnera, bien des espérances sont fondées pour les LGBT ougandais sur son issue.

> Plus d’informations, l’article complet, sur ce blog

 

 

> Suivez l’actualité liée à ce thème et relayez plus fort cet appel !


> partagez  l’information
pour sensibiliser autour de vous

signez la pétition mondiale  : rendez vous sur www.allout.org/fr/actions/uganda-now

> visitez la page facebook consacrée à ce dossier

> Visionnez le sujet « Ouganda : la traque des homosexuel »dans l’émission « Envoyé spécial » du jeudi 13 juin 2013 diffusée sur France 2

> Retrouvez le bilan « Ouganda » dans le Rapport 2013 de l’ACAT traitant de la situation de la torture dans 19 pays sur www.unmondetortionnaire.com

Laisser un commentaire